La Pièce d'Ecaflip

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Pièce d'Ecaflip

Message par Archeodendrite le Lun 27 Mar 2017 - 22:29

D’aucuns savent qu’en matière de mode et de tendance, le dieu Ecaflip a toujours eu des goûts très singuliers. Il est vrai que - sans offense – se présenter communément sous la forme d’un Chacha avec un pelage rose Shigekax… Il faut être un Divin pour l’assumer.

Mais il fut un temps où une mode échappa à l’attention du Maître du Jeu. En effet, voilà que les uns après les autres et telle une maladie, les Douze se mettaient à avoir une petite musique dans la tête. Tel un refrain qui vous obsède, que vous sifflotez sans même vous en rendre compte. Quelques dieux, de part des évènements passés, avaient leur propre mélodie.

Plusieurs fois, Ecaflip leur fit remarquer, un à un, cette curieuse manie. « Mais non d’un dé pipé, d’où te viens cet air ? » demandait-il à Sadida.
« Par mon jeu de 512 cartes, qu’est-ce donc que cette fichue chanson ? » interrogeait-il Eniripsa.

Mais réponse satisfaisante, il n’eut point, il faut croire. « Alors comme ça, vous voulez jouer à qui aura la musique la plus jolie hein ? Et bien, jouons ! » aurait-t-il dit devant ses pairs. Et comme vous le savez, l’As des dés prend le jeu très au sérieux.

Aussitôt le défi relevé, voilà que le dieu apparut dans son temple, sur le Monde, pour y relayer la nouvelle. Il lança à son tour un challenge à ses disciples : le premier qui lui trouverait un petit air qui reste bien dans la tête serait récompensé. Tout le monde sait qu’Ecaflip chouchoute ses disciples. Autant dire qu’une récompense de sa part, ça n’est pas une babiole qu’on jette dans la rivière après l’avoir obtenue.

Ainsi, tous les Ecaflips, jeunes adeptes encore en formation ou parieurs chevronnés, se mirent à fredonner des mélodies, plus insolites les unes que les autres. Une cacophonie sans nom se fit entendre dans le temple du Grand Taquin, ce qui ne manqua pas d’irriter l’initiateur de cet exercice. D’un miaulement grondant, Ecaflip les fit tous taire, puis il se concentra et changea les règles de son petit jeu.

« Chacun votre tour, vous allez me faire une musique et le suivant devra reproduire cette musique en y ajoutant sa note ! »

Un premier disciple s’avança avec pour seuls accessoires quatre percussions. Il les plaça devant le divin matou. Il se mit à taper dessus les unes après les autres, de la plus grave à la plus aiguë, puis partant de la plus aiguë, en redescendant à la plus grave. Cela faisait un accord en trois temps extrêmement simple, très facile à répéter sur la durée. Accord qui plut à Ecaflip.

« Bien mon p’tit ! Continue ! Suivant ! » s’enthousiasma-t-il.

Plusieurs se succédèrent, mais aucune des mélodies ne trouva grâce aux oreilles du dieu. Jusqu’à cette jeune Ecaflip, venue avec une simple flûte. Ses doigts jonglèrent sur l’instrument de manière synchrone avec l’arpège établi. Ecaflip l’écouta, puis l’interrompit brusquement.

« Toi ! Tu tiens le bon bout de la pelote ! Et si on jouait ? »

Le Dieu Ecaflip sortit le même instrument d’entre son pelage, adapté à sa taille et à ses vingt doigts. Il lança un dernier défi à ses adeptes. Ceux qui arriveraient à jouer la même mélodie sans se tromper gagneraient la récompense promise. Mais ce que le Grand Taquin avait omis de dire, c’est qu’il allait légèrement modifier la mélodie de sorte à ce que la reproduction soit particulièrement difficile.

Beaucoup échouèrent et finirent dans la rivière, balayés d’un revers d’une des neuf queues du Dieu Chacha. Et vint alors le tour de la petite Ecaflip, celle-là même qui avait inspiré le gros de la mélodie.

Le Divin lui sourit, puis il demanda au tout premier de commencer l’arpège, il se mit alors à jouer la chanson. Mais plutôt que de reproduire note pour note, la petite attendit, elle attendit quelques secondes, puis se mit à jouer la mélodie, mais avec plusieurs mesures d’écart.

Imperturbable, Ecaflip continua, et recommença à jouer le refrain. Il espérait bien faire craquer sa doubleuse musicale. Mais le canon qui résultait de leur performance eut un drôle d’effet sur le dieu. Charmé par la beauté du son, il s’arrêta de jouer et laissa finir la petite Ecaflip.

Depuis ce jour, cette musique devint l’hymne de l’As des dés. Et nul doute que l’Ecaflip aux percussions et la jeune disciple purent vivre paisiblement, sous la bonne fortune et la bienveillance de leur dieu.


Conte narré par Eythann le 26 Martalo 647 au soir.

_________________

avatar
Archeodendrite
Vice-Représentant

Divinité : Féca
Cercle de puissance : 200
Localisation : Atelier de façomagie personnel
Messages : 303

Voir le profil de l'utilisateur http://lyre-ehel.forumofficiel.fr/ http://www.dofus.com/fr/mmorpg/communaute/annuaires/pages-persos/53355300018-archeodendrite

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum