[Destination Maelström ]

Aller en bas

[Destination Maelström ]

Message par Soute-a-bagage le Mer 27 Juin 2018 - 19:41

Destination Maelström




~~~



Par moi on va dans la cité dolente,
Par moi on va dans l'éternelle couleur,
Par moi on va parmi les coulisses perdues.

Elle a mû mon sublime artisan,
Puissance divine m'a faite,
Et la haute Dame et la première écume.

Avant moi rien n'a jamais été créé
Qui ne soit tumulte éternel, et moi j'anime
éternellement.
Vous qui entrez laissez toute espérance.





Telle est la traduction, dans notre langue, des symboles qui accueillent le naufragé malchanceux, visiteur égaré aux portes du Lieu Mystique. Ces inscriptions gravées dans mon esprit ne s'effaceront jamais, pas plus que toutes les réalités bouleversantes auxquelles j'ai été confronté depuis le début de mon enquête.

Par sécurité mais aussi par souci de mon image je n'associe pas mon nom à ces conclusions perturbantes, bien qu'elles soient le résultat d'une démarche scientomagique rationnelle. Je n'écris ce Grimoire ni pour la gloire, ni pour la richesse, ni même pour la connaissance. Je l'écris pour ma survie, et s'il devait m'arriver quoi que ce soit, mes écrits se révéleront par eux-mêmes au monde.

Car je sais d'où vient le danger. Il est à l'intérieur même de ma maison, me servant le thé que je bois, lavant les vêtements que je porte, sans même faire semblant qu'il ignore le sujet de mes recherches. C'est dans sa chambre que j'ai trouvé des preuves insolites et pourtant irréfutables. Ainsi se traduit le premier de ces documents.








Partie I





Hêtre ou ne pas être, Moine ne s'est pas posé la question : vêtu par un xélor, coiffé par un sacrieur et proche du peuple Sadida, ce disciple de Féca joue de sa flûte en l'honneur de Shariva.


J'ignore d'où vient Moe Jito. Son accent laisse simplement à penser qu'elle est née et a grandi dans le royaume d'Amakna. Oh, ne vous fiez surtout pas à son apparente décontraction si vous la rencontrez : adossée à un comptoir, il se peut que le Tumulte chez elle ne s'exprime pas uniquement à travers une chope de bière !


J'accorde la même précaution amusée à Mister Jack. Lui n'emploie qu'un pseudonyme parmi tant d'autres. Tantôt garde d'Amakna, tantôt contrebandier de potions magiques, parfois explorateur, parfois marchand... Facile de changer de peau lorsqu'on est un squelette, non ?


Je ne vous ai pas non plus parlé de Mal Jabar. Je me montrerais inexact si je la définissais simplement par sa candeur, sa délicatesse et son esprit fruité. Sa candeur est aussi son danger et son mépris apparent pour la vie est terrifiant ; j'ai entendu parler d'un spectacle qui ferait frémir les morts.


Poursuivons sur ce bon Malea Jacta qui erre dans sa cahute en Cania et qui n'a qu'à vociférer à sa fenêtre pour ameuter ses séides subventionnés. Car sa renommée d'ancien chef de guerre lui a conféré quelque magistère. Ou serait-ce plutôt parce qu'il rédige son testament sept fois l'an ?


Une ruelle sombre mélangée avec une pincée de chance, obtenez ainsi un encapuchonné qui vous surprend à l'aide d'une dague Hi'Don' ; sans nul doute s'agit-il de Morre Jivant, l'artiste humoristique sanglant.



De tous ces favoris, qui eût cru que Melrah Jade, fuyant des parents monotones pour rejoindre la Foire du Trooll, échouerait malencontreusement sur Frigost, domptant une meute de smilomouths dans la foulée, avant de retrouver Terra Amakna et de rencontrer, dans une maison lambda de Madrestam, le jeune et poussiéreux Mage Jaurdom, homme à tout faire au service des plus hautes Cours. Ces deux esprits espiègles, que tout opposait, se lièrent bien vite dans l'art de la farce, poussant le vice jusqu'à s'empiffrer, de nuit, dans le garde-manger royal.


Et tous ces profits qui défraient la chronique, croyez-moi dans l'instant et sur parole, ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Car dans les profondeurs de Lhambadda se terrent d'étranges créatures, autrefois humaines et désormais brisées psychologiquement par l'esprit du Tumulte.


Attardez-vous de trop dans ces abysses et vous risqueriez de vous retrouver autour d'un jet de dés avec Mujanji ; quand l'une de ses parties est lancée, plus que votre pion, vous la subirez. Entre ses mâchoires cachées et les monstres de son Jeu, il n'est pas de fin heureuse pour vous.


En parlant de fin heureuse, vous pourriez risquer de perdre la vôtre si votre regard croise celui de March-Josyas. Ses yeux perçants semblent capables de percevoir vos plus sombres secrets et vos désirs les plus enfouis. S'il est satisfait de ses visions, vous rencontrerez un formidable Favori qui pourra vous épauler tant que votre cœur reste vertueux. Dans le cas contraire, ses mains expertes vous croqueront un sordide destin, alors que ses ailes sombres vous emmèneront vers son indicible enfer.


Si un soir il vous arrive de vous retrouver la tête dans les étoiles, il est probable que vous croisiez la route de Manie-Jance. Voyant le monde différemment derrière ses opaques lunettes, elle saura à coup sûr vous prédire le destin le plus surprenant. C'est sous l'impulsion de sa sœur des astres que Malma Jeste a quitté la cité ténébreuse de Srambad pour rejoindre un monde plus tumultueux. Prenez garde, car il est dit que croiser son teint blafard est un bien funeste présage.


Tel un chaton, Maux Jypcien peut se montrer doux et affectueux aux premiers abords, mais n'y croyez rien : tout n'est qu'un jeu pour lui. Particulièrement observateur, il attend d'apercevoir en vous la fameuse proie qu'il recherche, afin de sortir ses griffes.
Parmi tous ces profils déjantés, qui aurait cru trouver un traqueur de Shushu retraité ? Après avoir passé de nombreuses années isolé dans un marécage, les motivations de cet être, Miti-Jay, laissent perplexes.



Peu impressionnés par les sévices des Favoris, certains esprits survivants eurent également le privilège de rejoindre leurs maîtres au sein du tumultueux cortège. Malgré leur jeunesse, la dévotion de ces fauteurs de troubles envers Shariva et ses préceptes n'a rien à envier à celle de leurs aînés.


Ainsi peut-on croiser le sombre pelage de l'exotique Mada Jascar, toujours en quête de nouvelles situations rocambolesques. Sous ses airs de peluche, l'adorateur de Shariva est doté de griffes tranchantes qui vous feront passer l'envie de la moindre caresse...




On compte également le malicieux Mizan Jouh, au passif probablement aussi garni que la pilosité d'un Sadida. Souvent confronté aux milices du continent pour des crimes et délits en tout genre, nul barreau n'a su le retenir indéfiniment.


Je n'oublie pas non plus les écailles ni la puissante mâchoire de Mokro Jil, preuve que les Favoris savent y faire avec les animaux. A moins que sa nature reptilienne n'occulte un nouveau mystère.








Partie II





On parle d'un vêtement exclusif, brodé par des cordonniers pendus par les pieds au sommet d'une grande roue, sous les rires abondants de Dame Shariva gonflant ainsi les tissus d'une magie résiduelle ininterrompue. La toge sera portée pour la première fois par le favori au terme d'un rite de passage, au tout début de sa carrière mouvementée.


En outre, à l'heure où j'écris ces lignes, de nouvelles âmes prêtes à vouer leur vie en hommage au Grand Chambardement s'agglutinent aux portes des Favoris. Quelle sera la prochaine à s'élever pour revêtir la toge symbolique de ce clan ? Peut-être la croiserez-vous au hasard de vos périples, lorsqu'elle viendra hanter votre esprit. Car il est une leçon qui se doit d'être apprise au sujet de ces Maîtres du Jeu... Eh bien, pardi, Maîtres ils se nomment car Maîtres ils se révèlent.


Pour une partie de la population, les murs de Lhambadda, ce temple des Favoris et du Marquis s'avèrent plus épais que la réalité ne le suppose. Ainsi, les Favoris ont tout le loisir d'aller et venir dans ce large espace, accédant à des recoins insoupçonnés de ce manoir aux multiples secrets. On suggéra bien de percer les cloisons, mais le risque [de] s'exposer à la colère de ces inquiétants magiciens suffit à dissuader les plus remuants entrepreneurs.


Malgré ses énigmes et son aura, le manoir souffre pourtant de sa banale condition. Simple tas de pierres et de bois entreposé en périphérie de la ville, il ne suffit guère à traduire toute la folie et la fantaisie des adorateurs du Marquis. Trop ancré dans le réel, l’incessamment souillé par les pas d'insignifiants mortels, il ne constitue pas tant un repaire pour les Favoris qu'un haut lieu de tourisme d'Astrub.


Or, pour concocter leurs plans invraisemblables, les favoris nécessitent un atelier qui l'est tout autant. Un endroit entre la réalité et l'illusion, en proie à un chaos des plus absolus. Une source d'idées située entre l'effectif et l'onirique. Un lieu qui, contrairement au bâtiment dressé dans la cité mercenaire d'inspiration, insuffle simultanément à son visiteur la curiosité, l'envie, l'extase, mais aussi l'angoisse et la crainte. Ce sont de ces besoins que naquit le Maelström de Shariva.









Partie III






Le Maelström est le récipient de nombreuses mythologies souvent contradictoires. Je recueillais il y a plusieurs mois, parmi les cendres d'une peuplade dégénérée de Sidimote, les récits d'un archipel sacré tiré des eaux par une silhouette semblable à celle de Shariva. Plus tard, dans les ruelles de Bonta, j'échangeais avec un sage quelques notions selon lesquelles un mouvement tellurique naturel suffisait à faire jaillir parmi les mers de tels monticules rocheux auparavant enfouis. Ainsi les forces occupant aujourd'hui le Lieu Mystique sont-elles responsables de son éclosion, ou s'y sont-elles installées dans un pur acte d'exode ?




Encore faut-il en déterminer la plausibilité. A en croire les textes solennels quoique discrets du Marquis de Lhambadda, une comédie divine serait à l'origine de ce que représente le Maelström aujourd'hui. Le prophète de Shariva raconte l'histoire d'un peuple banni loin du continent et contraint à la monotonie auquel la déesse du Tumulte aurait rendu visite, accompagnée de fêtards célèbres. Les débordements de cette récréation formeraient la source de la Cité Dolente, contrainte à ne jamais trouver le repos et à porter les stigmates d'une intense célébration d'autrefois.




Comment faut-il interpréter ces métaphores ? Derrière les légendes d'hier, nous trouvons souvent les vérités d'aujourd'hui. Une présence magique palpable comble les espaces chaotiques du Lieu Mystique. Cela en fait-il pourtant un lieu hors normes ? Je répondrai par l'affirmative : nul autre endroit au monde ne me fait autant douter de la réalité, à laquelle mes cinq sens sont tant attachés.




Ces terres ensorcelées possèdent des maîtres dont l'influence se maintient aujourd'hui. L'Île Husion défie les relevés topographiques et ses métamorphoses soudaines me remplissent de consternation. Des contradictions s’insèrent dans mes calculs et je trouve trop souvent deux réponses distinctes pour une unique question posée au sujet des propriétés du Maelström.




Ces troubles sont-ils le fruit d'une suggestion puissante imposée à mon esprit, sinon d'une hypnose sordide harcelant celui qui pose les dangereuses questions ? Une influence magique qui corrompt tout...




Je sais que les Favoris protègent le temple consacré à leur maîtresse avec une cruelle détermination. Les monolithes sur la plage semblent parfois animés d'une conscience propre ; les tertres près du volcan chantent eux-mêmes des avertissements obscurs à l'attention des visiteurs. Que dire des plages nues et froides en Husion se peuplant parfois des spectres de créatures du passé ?




Mais la Nature n'est pas en cause : une force plus menaçante anime ces manifestations et rend l'intangible tangible. A chaque pulsation du cœur de chaos d'un grand adepte de Shariva, les côtes du Maelströmvoient les mers se déchaîner sur elles, tandis que les embruns s'élèvent vers les sommets d'Husion.




Quelle vérité se cache derrière une telle vigilance ? Un lien immense et terrifiant unit ce sanctuaire à ses prêtres. Ces derniers mènent selon de nombreux témoignages une existence séculière, mais le Lieu Mystique porte les indices d'un autre âge, comme s'il s'agissait d'un refuge pour quelque mémoire antique. Je ressens leur nostalgie. Les visiteurs sont-ils alors aux yeux des Favoris d'impitoyables profanateurs ?




Mon Favori de serviteur me regarde avec un sourire, je le salue en buvant son thé encore chaud avant de reprendre mon travail : je dois encore révéler ma plus grande découverte, et il le sait.




Lhambadda, le Lieu Mystique, la maison aux coffres, même certaines salles du Château d'Amakna, tous ces lieux ont une chose en commun. Tout est lié.




Ce thé est délicieux.




Saveurs raffinées, arômes marin, texture poudrée. Par la fenêtre, un arc-en-ciel de toges flotte dans ma direction. Le Lieu Mystique est leur foyer. Pacifiques, ils protègent leur famille par le mystère. Peut-être sont-ce des questions que nous ne devrions pas nous poser. Je devrais m'excuser.
avatar
Soute-a-bagage

Divinité : Oktapodas
Cercle de puissance : 200
Localisation : Sufokia
Messages : 94

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum