En avant jeunesse, voyagez léger !

Aller en bas

En avant jeunesse, voyagez léger !

Message par Soute-a-bagage le Sam 3 Fév 2018 - 18:54




[RP (hrp : je décline toute responsabilité en cas de « tut tut c'est limite limite avec la cohérence BG ça ! », on sait jamais!)]






Premiers émois, 23 Martalo 637


         La pluie tombait depuis maintenant trois jours sans discontinuer. Sufokia était flaque. Dans le lointain l'on entendait les rires amusés des enfants et les clapotements produits par leur course éreintante dans les rues de la ville. Sufokia était en fête. Après quatre-vingts jours d'attente le périscope du sous-marin plus que rudimentaire – tout au plus des planches clouées ensemble avec un compartiment submergé - de l'ingénieux capitaine Taure Tull avait été aperçu non loin de la péninsule des gelées. Le tour du monde des Douze par la mer du dessous allait enfin arriver à son terme. Pour toutes les générations bercée depuis longtemps par les récits sur le peule des Gens de la Mer cet exploit représentait beaucoup. Il était question d'assurer la reconnaissance d'une civilisation du passée, peu importe qu'elle soit véridique ou non.  
Petits et grands avaient des étoiles plein les yeux devant l'arrivée de l'incroyable réalisation en bois étanche. L'immense foule venue assister à l'événement faisait corps et vibrait comme une seule et même personne. Sufokia battait d'un cœur. L'osmose entre chaque habitant était tout spéciale en ce jour, plus une seule querelle passée ne semblait être encore d'actualité. L'heure était à la célébration. Le jeune garçon aux grosses lunettes ne dérogeait pas à cette enivrante ambiance. Plongé au fond du groupe formé par l'ensemble des enfants de l'orphelinat, il ne pouvait s'empêcher de faire sombrer son regard sur l’impressionnante coque du sous-marin. Quelque chose n'allait pas... oui, il y avait définitivement bien un problème avec cette construction. Après quelques secondes de réflexion il demanda à la Directrice :


« Madame, comment il peut faire M.Taure Tulle pour prendre assez de réserves de nourriture dans son sous-marin ? Et pour ses vêtements, comment il a fait pour avoir la place suffisante ? »


         En effet l'appareil de plongée sous-marine du capitaine était, quant à sa capacité de stockage, très limitée. L'ensemble ne permettait que d'accueillir un individu à bord. Encore fallait-il que ce dernier se soit lancé dans un régime strict à base de greuvettes séchées.  
         La Directrice ne pris pas la peine de répondre au jeune garçon, se contentant d'un soupire amusé. Le seul échos que trouva ce dernier à ses interrogations provenait de la bouche de ses camarades. Ces derniers s'amusaient gaiement de ses remarques en l'interpellant, tandis qu'ils rentraient tous à l'orphelinat. Ainsi l'on pouvait entendre des quais sud de Sufokia jusqu'à la grande maison de la Bonne Étoile des voix fluettes répéter :  


« Soute-a-bagage ! Soute-a-bagage ! Eh, Soute-a-bagage !


- Allez, Soute, dépêche-toi, on rentre maintenant.».








Le bébé, 15 Aperiel 629









 
           Le vacarme était tel qu'il avait tiré la plupart des Sufokiens de leur sommeil. L'on ne savait alors pas vraiment ce qu'il s'était passé. Tandis que certains décidaient de se recoucher non sans rouspéter contre le bruit survenu, d'autres habitants regardèrent à travers leurs fenêtres, au loin. Une épaisse fumée grise s'élevait depuis la péninsule des gelées. De toute évidence quelque chose semblait s'y être écrasé. Cet événement singulier n'entraîna avec lui aucuns souvenirs mémorables. Après avoir inspecté le lieu d'où provenait la fumée l'on découvrit la carcasse d'une réplique allégée – du moins ce qu'il en restait – du Canon de Moon auquel l'on avait ajouté de longues ailes en bois sur les extrémités. L'idée avait de quoi rendre plus d'un bricoleur envieux. Toutefois l'absence de talent de son créateur suffisait à ce qu'ils soient tous rassurés du leur.
D'où avait débuté la tentative de vol de l'appareil, personne ne le savait. Pour l'heure la préoccupation des Sufokiens venus s'enquérir de ce qu'il s'était produit était dirigée vers la gestion des impressionnantes flammes qui surgissaient de l'épave désossée. Tout le monde le savait, il s'agissait surtout d'empêcher au feu de se propager. Rechercher des survivants dans un tel méli-mélo de poutres brûlantes et de planches enflammées était vain. Plus tard l'on découvrit les restes calcinés de deux individus. Cependant ce qui fut retenu du malencontreux événement était tout sauf funeste. Peu de temps après avoir investis les lieux de l'accident les Sufokiens entendirent des pleurs provenant de ce qui semblait être une extension du Canon. Lorsque cet appendice fut ouvert l'on y trouva des valises pleines de vêtements, des outils de bricolages et de cuisine... ainsi qu'un nourrisson.
         En quelques heures la plage fut nettoyée, les débris du Canon emmenés ailleurs. Le lendemain des techniciens les examinèrent. Leurs conclusions furent brèves : les ailes de l'appareil étaient bien trop fines pour pouvoir supporter le poids massif d'une telle construction, d'autant qu'une soute pour y faire entrer tous les bagages y avait été ajoutée. Ironie du sort, cette soute était l'unique raison de survie du nouveau-né retrouvé dans les décombres. Néanmoins ces données ne permettaient toujours pas d'identifier les individus à bord du défunt Canon. Personne à Sufokia ou aux alentours n'avait déclaré l'absence d'un de leurs proches.
         Quelques jours après l'accident l'enfant retrouvé sur les lieux fut confié à l'orphelinat de la Bonne Étoile de Sufokia. Puisque aucuns éléments examinés dans les restes de l'appareil n'avaient permis de donner une identité précise – ne serait-ce un nom – à ce bambin, les techniciens s'étaient alors amusés à le surnommer l'enfant de la soute à bagage. Ce curieux surnom colla finalement à la peau du nourrisson durant tout son séjour à l'orphelinat, bien que par souci de commodité celui-ci fut raccourcis à un mot : Soute.


A la Bonne Étoile, 25 Novamaire 635










         Les années défilèrent sans pour autant altérer le visage de l'orphelinat. Ce vieil établissement continuait d'accueillir de nouveaux enfants dans le besoin tout en permettant à ses pensionnaires plus âgés de grandir selon leurs besoins, et surtout en s'adaptant à chacune de leurs spécialités. Le petit Soute avait maintenant pris quelques sabliers de Xélor depuis qu'il avait été retrouvé. Son visage s'affinait. Sous ses grosses lunettes semblable à des hublots l'on pouvait deviner deux petits points noir qui ne demandaient qu'à en voir d'avantage chaque jours. Cependant l'orphelinat avait une politique stricte. Interdiction formelle de quitter l'établissement avant d'être considéré comme véritablement indépendant. Or à son âge Soute avait un profond problème de dépendance. C'était par ailleurs le cas de la plupart des enfants du pensionnat. Alors, pour progressivement aider ces derniers à s'émanciper afin de devenir des personnes autonomes la Directrice organisait des sorties de groupe. Une après-midi sur le sable chaud de la péninsule des gelées. Participer aux concours de pichon eud'compet – activité que Soute adorait par dessus tout. Une soirée scrabblus ou un jeu de rôle pirate dans le vieux port de Sufokia. Un pique-nique le long du rivage Sufokien. Une visite au chanil ou encore l'apprentissage de quelques métiers dans les plaines des scarafeuilles. Ainsi les journées à l'orphelinat demeuraient variées et permettaient aux enfants de s'extraire de la solitude dans laquelle, pour une grande majorité, ils s'étaient enfermés.  
         Soute-a-bagage adorait ces moments hors de l'établissement. Sortir découvrir de nouveaux horizon, de nouveaux grains de sables, brins d'herbes et autre cailloux lui rappelait ce que ses parents n'arrêtaient pas de lui dire avant qu'ils ne décèdent. Ainsi il entendait tantôt sa mère, tantôt son père, lui expliquer l'importance du voyage, des découvertes et des nouvelles rencontres dans une vie. Bien évidemment Soute ne faisait qu'inventer ce que ses parents lui auraient éventuellement dit s'ils étaient encore en vie, mais il n'en avait que faire. Même imaginaire la présence aimante et protectrice d'un parent revêt une importance nécessaire pour l'enfant qu'il était... Alors, en attendant le jour où il arriverait en savoir plus sur ses géniteurs – quand bien même déjà à cette période il hésitait à chercher à en savoir plus sur eux – Soute se plongeait dans des lectures. L'orphelinat disposait d'une petite bibliothèque et trois fois par semaine, le soir, était organisé une séance découverte d'ouvrages du monde des Douze. Dès qu'il en avait l'occasion le jeune garçon demandait à ce que soit lu des fictions sur le peuple des gens de la Mer, qui auraient, soit disant, habité Sufokia des années auparavant. Il était fasciné par ces récits, qu'il dévorait à longueur de journée, et se plaisait à s'imaginer en Steamer. L'on disait beaucoup de choses sur ce peuple du passé, au-delà des livres il n'était pas rare d'entendre quelques personnes âgés s'amusant à raconter aux enfants de l'orphelinat des histoires à ce sujet. Une chose était sûr, plus il en entendait parler, plus Soute était persuadé qu'ils avaient réellement existé. Ou qu'ils existent encore.




Premiers chagrins, javian 639

         Plus que quelques années à attendre. Encore un peu de temps avant la cérémonie, quelques sabliers de Xélor avant le fameux rite de passage. Voilà tout ce qui préoccupait Soute, bien que l'orphelinat n'obligeait aucun de ses pensionnaires à choisir une divinité. Mais là n'était pas le problème puisque ancré tout au fond de lui le jeune garçon savait déjà vers quelle voie se tourner. Cependant il avait peur de tout ce que cette vocation pourrait avoir comme effet sur lui. Devait-il se plier à toutes les exigences du Divin qui allait recevoir ses prières ? Fallait-il obéir à tous Ses commandements ? Ne jamais douter de Lui ? Pourrait-il être un de Ses disciples ?
         Enfant Soute n'était pas du genre à douter, ni de lui, ni de tout ce qui l'entourait. Il faisait même confiance très rapidement à tous ceux qui papillonnaient ou restaient plus longtemps à ses côtés. Il regardait avec émerveillement toutes personnes capable d'aligner plusieurs mots savants en narrant leurs aventures. Son admiration débordait de ses commissures. Mais en grandissant il avait appris à se détacher des discours, bien qu'il ressentait tout de même un immense honneur de pouvoir côtoyer de telles personnes. Encore fallait-il que les paroles prononcées contenaient un fond intéressant en elles-mêmes. En revanche si elles n'étaient qu'enluminure...
         Cependant son rêve de filiation à un divin tourna court très rapidement. En effet, par une fraiche matinée de javian comme Jiva sait en produire, et ce malgré le microcosme régnant sur Sufokia, Soute fut convoqué dans le bureau de la Directrice. Après avoir usés de toutes les banalités d'usage cette dernière fixa le jeune adolescent dans les yeux – ou plus exactement chercha à capter son regard à travers ses grosses lunettes – et lui demanda calmement :


« Tu sais, tu arrives à un âge où.. où tu peux commencer à ressentir des changements, des questionnements sur ce qui t'entoure, sur ce qui peut t'arriver... mon rôle est de répondre du mieux que je pourrais à tout cela. C'est pourquoi il m'est nécessaire de prendre les devants parfois. Si je t'ai fais venir c'est parce que, comme tu le sais peut-être, ton âme arrive à un stade où il lui est possible de choisir une vocation, une voie toute particulière qui t'attires. Tu vois de quoi je veux parler ? »


Soute hocha de la tête. Évidemment qu'il savait où elle voulait en venir. La Directrice reprit :


« Parfait dans ce cas ! As-tu quelque chose à me dire ? Une préférence qui se dessine ? Ou aucune, c'est toi qui vois !


- J'en ai bien une oui, répondit Soute-a-bagage en la coupant. Je voudrais être un Steamer ! Un vrai aventurier des mers, un explorateur !


- Mais mon petit... ce n'est pas possible voyons. Les Steamers ont peut-être été, oui... mais ils ne sont plus. Du moins... plus vraiment. Tu vois de quoi je veux parler ? Ce sont des personnages dont on parle dans nos livres, dans nos récits... Oui il y a bien quelques parchemins pouvant nous indiquer qu'une telle civilisation aurait habité ces lieux avant nous. Mais si tu fais le choix d'une vocation celle des Steamers ne peut malheureusement pas être prise en compte. A quel divin ton âme pourrait-elle bien rendre ses prières ? »


Soute-a-bagage restait silencieux. Son regard était dirigé vers la petite fenêtre derrière le fauteuil de la Directrice. Au-loin la mer s'agitait. On pouvait deviner que la pluie n'allait pas tarder à tomber. Se frayant un passage par dessous les verres-vantouses des lunettes du jeune garçon des gouttes perlèrent sur ses joues.


« Oh voyons. Il ne faut pas se mettre dans de tels états. Tu sais quoi Soute ? J'ai une idée ! Ce sera une grande première pour l'établissement mais je suis persuadée que cela pourra être très bénéfique pour tout le monde, à commencer pour toi. Une école s'est ouverte dans le continent, plus dans les terres. Au Château d'Amakna plus exactement. Une école plurivocationnelle. Elle s'est spécialisée dans l'enseignement vocationnel large, c'est à dire que chacun des élèves peut y aller pour se renseigner, s'informer, étudier les différentes vocations avant de se prononcer sur un éventuel choix. Je suis certaine que tu t'y sentiras comme un pichon dans l'eau ! »






L'éducation amaknéenne, [Septange 639] - Octolliard 643





         Voilà maintenant près de quatre années que Soute avait quitté Sufokia pour rejoindre l'école de la Découverte du château d'Amakna. Ses débuts y avaient été difficiles. L'adolescent, qui n'avait jusque alors jamais quitté les environs de la cité des pêcheurs devait faire face à un mode de vie bien différent. Plus de sortie sur les quais, plus de concours de pichon eud'compet, plus de promenades le long de la péninsule. L'école était stricte et ce qu'il apprenait ne l'intéressait guère. Chaque jour qui passait conduisait à la lecture – et la relecture – d'un des nombreux livres de Classe ou de récits du passé. Apprendre l'histoire du monde l'entourant ne le dérangeait pas, et à vrai dire cela attisait toujours plus son désir de partir à la découverte de ce dernier. Mais voilà, l'école demeurait majoritairement un lieu de la théorie. Certes de temps en temps des conférences étaient organisées afin de montrer aux élèves de fameux maitres Iop, Cra ou encore Xélor. Mais rien de tout cela n'était du goût de Soute. Ce dernier profitais de chaque moment de répits, entre deux cours, avant l'extinction des feux, ou encore à midi pour se divertir tel qu'il l'entendait. Dans la valise qu'il avait amené de l'orphelinat à l'école, emmitouflé dans un vêtement plié à côté d'un appareil peu commun très rudimentaire, Soute avait emporté son ouvrage favoris, Mythe et vie du peule des Gens de la Mer. Ainsi, à l’abri des regards, il en dévorait sensuellement chacune des lettres, chacun des mots, et faisait résonner en lui les images provoquées par sa lecture. Cette lecture secrète n'était toutefois pas le seul plaisir que le jeune garçon avait. Il y a bien longtemps qu'il serait rentré à l'orphelinat sinon. En effet, aussi déplaisante que l'école lui paraissait, sa propre présence en un territoire inconnu suscitait suffisamment d'intérêt pour y rester.
         Plus les années passèrent à l'école plus cette dernière se montrait plus permissive envers ses élèves. Des tournois inter-classes de boufbowl furent organisés, auxquels Soute participa dans un premier temps sans en tirer un réel plaisir. A cette époque il était plus intéressé à regarder ses compagnons de cours enflammer leurs muscles sur le terrain, sous un soleil de plomb. Un groupe de lecture et d'écriture vit également le jour, des ateliers portant sur l'artisanat furent proposés. Mais toutes ces activités, aussi divertissante soient-elles, demeuraient cloisonnées aux enceintes du Château.
        Un beau jour, cependant, la direction de l'école décida d'organiser, pour un petit groupe d'élève, une sortie culturelle de découverte du port de Madrestam. A sa grande joie Soute fut l'un d'entre eux et trépignait d'impatience : à peine quelques minutes après l'annonce de sa participation pour cette journée à Madrestam le voilà déjà prêt à partir, un sac sur les épaules et son étrange appareil autour du cou. Cette excursion changea bien des choses pour l'adolescent. En effet, profitant d'une heure libre accordée aux élèves il fit la rencontre d'un singulier personnage dans une curieuse boutique perdue au fin fond du port. A peine entrée dans ce lieu Soute fut surpris en voyant face à lui des peintures plus vrai que nature. Le vieil homme, intrigué d'avoir un visiteur, lui affirma qu'il s'agissait de captures imprimées de la réalité. Cette remarque frappa Soute en plein ventre.


« Un.. des.. captures de la réalité ? Demanda t-il.


- Oh, mais je pensais né rien t'apprendre, répondit le vieil homme en fixant l'appareil pendant au cou de son visiteur. Je té pensais dou métier.. comme moi. Né s'agirait-il donc pas d'un Fixateur Oktapodacien Tape-à-l'oeil d'Observation que tou portes là ?


- Oktapodacien ? Vous connaissez les Steamers ?! s'écria Soute.


- Oh.. pas personnailllement tout de même, pas encore ! Mais comme tou-a, à en jouger par l'oubjet que tou as autour du cou, je mé souis intéressé aux quelques écrits et laigendes que certains ont pou écrire à leur soujet. L'as-tou déjà outilisé ? As-tou capturé de la réalité ? »


Soute regardait son appareil. Oui, évidemment qu'il en avait déjà eu usage. Mais pour lui il ne capturait pas de la réalité.. non, le pouvoir de cet objet était tout autre. Il s'agissait d'un conservateur de souvenir. C'est grâce à lui également que Soute a réussi à s'accrocher, à tenir bon malgré l'école. Oui, il en avait eu usage. Tous ses recoins favoris de Sufokia étaient figés à jamais pour qu'il puisse en profiter à chaque instant, où qu'il soit. Défauto éluda l'air pensif de Soute et reprit la conversation :


« Une fois qu'on en a fait ousage on ne pout plous s'en passer ! Vous n'ouriez pas quelques captoures à me montrer par hasard ? Oh ! Vous n'ouriez pas un nom d'artiste ?


- Hmm. Euhm.. Djeff, répondit Soute mécaniquement, toujours plongé dans ses pensées.


- Jamais entendu... vous venez pout-être de débouter après tout ! J'ai déjà boucoup de métier quant à moi, sans me vanter bien soûr ! Défauto ça né vous dit rien ? Enfin bon... pout-être est-ce le retour à la sourface dé certains Steamers qui vous a donné envie dé vous lancer dans cet art? En tout cas si vous avez des captoures à mé montrer j'accepterais voulontiers de les expouser dans ma boutique ! »


Steamer. Le mot sorti immédiatement Soute de sa léthargie. « Les Steamers sont de retour ?! Vraiment ?! ». Défauto opina. « Vraiment vraiment ?! ». Le vieil homme, en se dirigeant vers la réserve, marmela dans sa barbe qu'il avait lu ça quelque part dans la Dépêche de Sufokia. Quant il revint, journal en main, Soute était déjà partit. Sa voie semblait toute tracée.






643-648




.




[/RP]






~°~°~°~°~°~








[HRP]


Je ne vais pas m'étendre énormément sur cette partie !
Toutefois, au-delà d'un personnage en 2D je suis également/occasionnellement un être fait de chaire... alors pourquoi ne pas vous dire deux-trois mots (promis) sur cet individu ?
Faisons simple : je réponds au nom enfantin de Malo et poursuis (c'est le cas de le dire !) actuellement des études de droit en fac, 2eme année plus précisément, après un parcours plus axé littérature (lycée + prépa littéraire al, option théâtre).
J'ai découvert dofus il y a environs 7 ans et depuis c'est un peu une love story. Encore heureux, parce que c'est la seule que j'ai... Mais bref !
J'ai toujours été attiré par le caractère très profond et vaste de l'univers dofusien (ce qui s'est traduit par l'achat de presque tous les dofus-mags quand j'étais plus jeune). Dans mes débuts cependant je n'ai presque jamais pratiqué de RP, excepté dans certaines rares circonstances entre amis pour s'amuser.. Mais ça n'allait pas très loin. Un peu plus tard, grâce à un clan mercenaire, le clan des Aires, en activité sur mon serveur de toujours (enfin plus vraiment maintenant), Goultard, j'ai pu apprécier participer à quelques événements, principalement des petits jeux.
Le RP je le pratiquais à cette époque plutôt IRL avec un groupe d'amis autour d'un JDR sur Naheulbeuk.


Ce n'est que récemment que je me suis mis à m'intéresser réellement au RP, et surtout à vraiment découvrir l'immense BG de dofus (mais aussi les quelques touches apportés par d'autres Clans de joueurs), grâce à la demande de mon frère de reprendre le jeu a zéro. Dans cette optique de reprise notre choix de serveur s'est porté sur Helsephine de part l'existence de votre Clan ainsi que de la présentation sur le forum officiel de Reuh-Nouveau (ainsi que son forum) qui m'avait tapé dans l'oeil. En rejoignant Reuh, cependant, je n'avais pas imaginé m'approcher fortement de Lyre Ehel.. Mais tant mieux !
Bref, grâce à ce.. renouveau, j'ai pu relancer mon goût pour le RP qui donne une coloration très intéressante à la façon de jouer. C'est d'ailleurs principalement l'une des raisons de mes connexions en jeu (outre le côté sentimental lié au jeu et à ses joueurs). Quant à ce qui est de mes expériences en RP elles se sont majoritairement faites au travers de personnes présent chez Lyre Ehel. A cela s'ajoute également le très bon mois de décembre qui fut bien garni niveau animation (animations sur la constellation de Malma-Jeste, et plusieurs participations à la très sympathique trame de Nowel, et récemment sur l'ordre du Cœur du Tumulte. Si vous voulez vérifier je vous invite à la jouer « Où est le Steamer ? » sur les CR des MJ !)
La suite ... ? c'est moi, ici, là, candidatant !


Avant ça, très brièvement je vais énoncer quelques uns de mes points fort/faible histoire de vous fixer un peu plus sur ma personne.
Bon.. je dirais que je suis pas méchant, assez serviable, et à l'écoute des gens. Ceci étant il peut m'arriver d'être têtu (rarement quand même, enfin c'est facile de dire ça quand on ne peut pas être objectif!). Je suis également quelqu'un de particulièrement exigent, et ce surtout envers moi-même... et nécessairement envers d'autres, par ricochet.
Quand bien même j’essaie de faire en sorte de ne pas le montrer en jeu, je suis un timide maladif.. enfin pas à ce point, j'ai des relations sociales et tout le tralala.. mais rencontrer de nouvelles personnes, initier des conversations, j'ai beaucoup de mal. De ce fait je ne suis pas très affictionados de tous types de réseaux sociaux (d'où ma participation plus qu'absente sur Discord par exemple). Je suis donc réservé, mais à nouveau en jeu j'essaie de palier à ça, et je pense y arriver. Cette nature fait de moi quelqu'un d'assez solitaire au final et même un poil méfiant. Je cherche avant tout à me protéger en somme.
Bon allez, ouste ouste ! On est pas sur un site de rencontre (oh quoique?!), zou la candidature !








~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~








         Le ciel gris engloutissait chacun des pas du Steamer. Sans sourcilier il avait marché de Sufokia jusque au cœur de la cité mercenaire. Pourtant, une fois devant l'imposante bâtisse du Marquis il resta coi. Ses jambes, si certaines de leur destination, refusaient d'avancer plus. Il leva les yeux et soupira. Cinq minutes plus tard il soupirait encore. La grande porte en bois du manoir semblait l'observer. Un duel de regard se jouait entre ces deux compères. Le Steamer avait pourtant plus d'une fois ouvert ces propylées qui jamais ne sont fermés. Mais la raison de sa venue ce soir n'avait rien de semblable à toutes celles passées.
         Une ride plissa son front. Le Steamer ferma les yeux comme pour chasser tout hésitation et, dans le même élan, ouvrit la porte de la demeure.
         A cette heure avancée de la journée il n'y avait étonnamment personne à l'intérieur. Un sourire de dessina sur son visage : « Mister doit être entrain de les occuper.. » laissa t-il échapper. L'on pouvait cependant percevoir une présence profondément humaine ricocher de mur en mur. Face à ce ressenti le Steamer laissa à nouveau transparaître un sourire. Ouvrant alors son sac, qui pendait nonchalamment le long de sa cuirasse légère, il en sortit une lettre non cachetée. Ses yeux parcouraient désormais les lignes, roulant de mots en mots quant ils ne se plissaient pas dans un petit rictus. Finalement au bout de quelques minutes il plia la lettre en quatre et la rangea dans son sac à dos. L'instant d'après il grimpa deux à deux les marches menant à l'étage, traversa la bibliothèque et atterrit dans la salle de bal du Manoir.
        Dix minutes plus tard la porte en bois de la grande bâtisse s'ouvrit et se ferma sans un bruit derrière le Steamer, visiblement soulagé. Ce dernier ne soupirait plus et ses membres semblaient se mouvoir tout à fait normalement. La nuit commençait à se dessiner et emporterait avec elle ruelles et maisons. Astrub s'assombrissait, ce qui n'était pas plus mal. Un jour nouveau allait advenir, et avec lui l'espoir. En seulement quelques pas le Steamer disparaissait déjà dans la ville.
A l'étage du Manoir, dans la salle de bal, coincée dans l’extrémité gauche du miroir était disposée une lettre entièrement dépliée...








« Irréelles, Irréels, bonsoir,






         Pardonnez l'emplacement impromptu de cette lettre mais je trouve ce lieu plus chaleureux que le hall d'entrée. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, il n'est ici pas question d'une éventuelle note de frais de chauffage mais d'une demande de postulation à rejoindre votre Clan. Je mûris cette décision depuis maintenant pas mal de temps qu'elle commençait à s'alcooliser. Cependant tout cela est assez nouveau pour moi et je ne savais alors pas vraiment comment m'y prendre. Certes, j'aurais pu me contenter d'une simple missive déposé à votre attention... c'est d'ailleurs la première chose qui aurait du me venir à l'esprit ! Mais il faut croire que mon esprit ne fonctionne pas ainsi.. La faute à mon éducation peut-être ! Enfin bon..






         Il y a quelques mois de ça j'ai engagé une troupe de comédiens. A leurs côté j'ai cherché à construire une petite histoire aux enjeux et à la solution très simple. Là n'était pas le cœur de notre entreprise. Non. A travers eux je voulais vous voir vous. Vous, Irréelles et Irréels, ensemble, en action, côte à côte. Avant tout, pour éviter toute confusion ou mauvaise pensée, cette idée ne visait absolument pas à vous tester. Ce test il y a bien longtemps que vous l'avez remporté. Bien avant que je ne fasse votre rencontre. Non, cette entreprise avait pour unique but de vous divertir, de pouvoir vous voir travailler en tant que Clan. Qu'importe la solution à laquelle vous alliez aboutir. Ainsi, tantôt adroitement, tantôt gauchement, petit à petit nous avons, avec Mister-Yeux, monté une scène de théâtre immersive dans laquelle vous étiez les personnages principaux. De cet exercice il n'en est ressortis qu'une envie plus grande de vous rejoindre, si vous voulez bien de moi évidemment.






         Le barde Pol Edoular avait cette formule liminaire: « Le papier, nuit blanche ». Me voilà désormais face à ma nuit blanche et comme chaque nuit il y a un début et une fin, alors autant commencer par le départ, surtout qu'en général la fin j'ai du mal à la percevoir !  






         Vous me connaissez très certainement déjà pour la plupart, ceci étant ce n'est pas une raison pour ne pas me présenter plus amplement. Je me surnomme Soute-a-bagage, bien que par commodité l'on m'interpelle plus généralement sous le terme de « Soute ». Il ne s'agit bien évidemment pas de mon nom de naissance, que je ne connais malheureusement pas. Sans rentrer dans les détails, puisque cela ne rentre pas dans le cadre de cette lettre, je n'ai pas connu mes parents et ai pendant très longtemps grandis dans un orphelinat à Sufokia – d'où, je pense, j'en ai tiré ce surnom étrange. Depuis que je suis petit j'ai baigné dans les histoires narrant des récits sur le peuple des gens de la Mer... cependant les Steamers n'avaient à cette époque pas encore fait surface. La relation que j'entretenais envers les Divins était alors très distante. Mais grâce à la redécouverte du temple d'Oktapodas au courant de l'année 642 ce Dieu m'a donné la foi, comme pouvait le chanter la troubadour Ofelia Ouineterre. C'est ainsi que je suis devenu un adepte du Poulpe Suprême en 643 de notre ère, suite à quoi je me suis mis en tête de partir découvrir le monde tel que je l'entendais. Sans filets. Sans barrières. Sans attaches. Pendant quatre années j'ai parcourus terres et mers, rencontrés divers peuplades et aventuriers. Cette expérience s'est avéré très enrichissante et je ne regretterais jamais de me l'être octroyée.  






         Toutefois à errer seul l'on en vient parfois à déplorer l'absence de compagnons de voyages... Aussi j'ai décidé de changer radicalement la façon d'appréhender ma présence sur ce monde. J'étais désormais en quête de relations à bâtir, d'amitiés à créées.. Bien sûr durant mes voyages j'ai fais la connaissance de nombreuses personnes, et j'ai même tissé des liens avec certains d'entre-eux, mais je cherchais alors quelque chose de différent. D'encore plus fort. Plus emblématique. J'étais en quête d'une guilde qui m'accepterais. Très vite mon attention s'est portée sur une bien curieuse tribu qui flânait régulièrement au zaap de Madrestam. Il faut dire que j'affectionne particulièrement les lieux proche de l'océan, ce faisant je foule le port de façon coutumière. Toujours est-il que ces individus, par leur présence, m'interpellèrent. En m'y intéressant de plus près j'appris que leur guilde répondait au nom de Reuh-Nouveau. Un trait du destin pour moi ! Voilà tout ce que je semblais chercher, caractérisé en une seule guilde.  






         Aujourd'hui j'ai été – et continu d'être – pleinement satisfait par cette guilde, notamment sur un point. Grâce à elle et certains de ses membres, qui je pense se reconnaîtront, j'ai pu prendre connaissance de votre existence. Vos bals m'ont fait monter au ciel. S'il y a bien quelque chose pour lequel je dépense sans compter, encore faut-il que mes deniers me le permettent, ce sont les vêtements. C'est facile, si je met trop de temps à aller d'un point A à un point B c'est parce que le havre-sac que je transporte avec moi manque de déborder d'habits. Et cela est encore plus vrai aujourd'hui...






         Cependant je ne cherche pas à vous rejoindre pour une simple question vestimentaire ! Non. Si je vous écris ces mots c'est pour vous faire part de ma gratitude. Vous avez fait bouillonner quelque chose en moi. Je ne saurais l'expliquer, ne saurais dire de quoi il en retourne.. toujours est-il que vous avez piqué mon attention. Et quand j'ai une idée en tête je sais être têtu.. Ces motivations peuvent paraître floues j'en conviens. Mais allez donc mettre des mots sur un ressentis que vous ne pouvez décrire ! Cela dit, je ne manquerais pas de les trouver en long et en large si jamais vous me les demandiez... Toutefois sachez que cette décision était bien fébrile il y a quelques temps. L'idée de sacrifier le plaisir que l'on peut ressentir à participer pleinement à un bal en tant qu'invité, notamment, a faillit me faire revenir sur cette dernière (même si récemment l'on m'a dit que c'était tout à fait possible.. ce à quoi mon esprit m'a opposé l'envie d'un jour peut-être faire partie du jury..) ! Enfin.. je ne me suis arrêté à cette crainte, heureusement, je l'espère.



Bien à vous, et disposé à toutes heures en cas de questionnements,






Post-scriptum :
Je terminerais cette lettre par un très beau dessin produit par votre Gribouilleuse suite au bal des Morts-Brigands. Ainsi si vous en avez envie vous pourrez toujours jouer aux fléchettes sur ma personne !






Soute-a-bagage. »


avatar
Soute-a-bagage

Divinité : Oktapodas
Cercle de puissance : 200
Localisation : Sufokia
Messages : 84

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: En avant jeunesse, voyagez léger !

Message par Archeodendrite le Lun 5 Fév 2018 - 22:47

[HRP]

Bonjour, et bienvenue à toi sur notre humble forum, cher Soute !

Ta candidature a bien été prise en compte, et les votes ont déjà bien avancé en interne.
Tu auras un retour sous peu, sois-en certain !

Merci pour ton intérêt pour le Clan, et pour ta motivation. Very Happy

Archeodendrite

[/HRP]

_________________

avatar
Archeodendrite
Vice-Représentant

Divinité : Féca
Cercle de puissance : 200
Localisation : Atelier de façomagie personnel
Messages : 334

Voir le profil de l'utilisateur http://lyre-ehel.forumofficiel.fr/ http://www.dofus.com/fr/mmorpg/communaute/annuaires/pages-persos/53355300018-archeodendrite

Revenir en haut Aller en bas

Re: En avant jeunesse, voyagez léger !

Message par Helia le Mer 7 Fév 2018 - 18:44

[HRP] Coucou Soute et bienvenue par ici !

Pour commencer, je te félicite pour l'implication que tu as fourni dans ta candidature. Poster une candidature en réalisant une animation pour le clan c'est original, génial ! L'intrigue était intéressante et je regrette d'avoir été obligée de partir plus tôt que prévu.

Pour ta candidature, je n'ai vraiment rien à redire : c'est propre, costaud, amusant, comme d'habitude puisque je te connais un peu plus que les autres. Je suis contente de te voir postuler et surtout d'en apprendre plus sur l'histoire de ton personnage !

Comme le dit Nem, tu auras bientôt des nouvelles concernant ta candidature !

Bisous [Hrp]

_________________

avatar
Helia
Vice-Vétéran du Tumulte

Divinité : Iop
Cercle de puissance : 200
Localisation : Bibliothèque du manoir de Lhambadda
Messages : 561

Voir le profil de l'utilisateur http://lyre-ehel.forumofficiel.fr/memberlist http://www.dofus.com/fr/mmorpg/communaute/annuaires/pages-persos/534533400018-heliarosa

Revenir en haut Aller en bas

Re: En avant jeunesse, voyagez léger !

Message par Sniam-aspirine le Jeu 8 Fév 2018 - 13:07

[HRP]
Bonjour Soute,

Je dois dire que c'est très impressionnant. Un sens du spectacle bien particulier que tu as là ! On reviendra bientôt vers toi pour te donner une réponse...

Patience, jeune singulier !

Sniam

[/HRP]
avatar
Sniam-aspirine
Archiviste

Divinité : Eniripsa
Cercle de puissance : 200
Localisation : En train de gribouiller au fond de mon havre-sac
Messages : 198

Voir le profil de l'utilisateur http://lyre-ehel.forumofficiel.fr/g12-ccch http://www.dofus.com/fr/mmorpg/communaute/annuaires/pages-persos/215919000018-sniam-aspirine

Revenir en haut Aller en bas

Re: En avant jeunesse, voyagez léger !

Message par Soute-a-bagage le Jeu 8 Fév 2018 - 14:04

[HRP]

Hoplé,

Merci à vous pour vos messages et vos retours. Pas d’inquiétudes : "attendre il sait faire !".
Ça n'est même pas moi qui le dit, ce sont mes fiches de droit administratif...


A bientôt en jeu quoiqu'il en soit,

Soute
[/HRP]
avatar
Soute-a-bagage

Divinité : Oktapodas
Cercle de puissance : 200
Localisation : Sufokia
Messages : 84

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: En avant jeunesse, voyagez léger !

Message par Rwandrall le Ven 9 Fév 2018 - 16:53

[HRP]
Hello Soute !
Désolé du retard de ce message, j'ai eu une semaine particulièrement chargée et je n'ai pas trouvé le temps de le faire avant !

Je tenais vraiment à te remercier pour cette animation ! Malgré le fait que je n'avais pas la surprise initiale, tu as quand même largement réussi à me surprendre, je n'en attendais vraiment pas autant !
Félicitations aussi pour cette magnifique candidature ! Vraiment...tout y est à mes yeux !

Au plaisir de te recroiser très vite, je ne serai pas là jusqu'à dimanche soir mais les autres pourront sans nul doute de donner des nouvelles avant !

_________________

Disciple de Shariva de l'Académie du Tumulte, pourvoyeuse de Larb pour vos évènements.
avatar
Rwandrall
Disciple de Shariva

Divinité : Roublard
Cercle de puissance : 200
Localisation : Dans un théâtre quelconque
Messages : 355

Voir le profil de l'utilisateur http://lyre-ehel.forumofficiel.fr/g13-academie-du-tumulte http://www.dofus.com/fr/mmorpg/communaute/annuaires/pages-persos/613839900018-rwandrall

Revenir en haut Aller en bas

Re: En avant jeunesse, voyagez léger !

Message par Soute-a-bagage le Mar 13 Fév 2018 - 18:08

[HRP]

Je suis bien content qu'elle t'ait plu, et surtout merci pour le soutien moral tacite et direct héhé !

[/HRP]
avatar
Soute-a-bagage

Divinité : Oktapodas
Cercle de puissance : 200
Localisation : Sufokia
Messages : 84

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: En avant jeunesse, voyagez léger !

Message par Helia le Sam 17 Fév 2018 - 23:11

Entretien passé avec brio le 17 février 2018.

_________________

avatar
Helia
Vice-Vétéran du Tumulte

Divinité : Iop
Cercle de puissance : 200
Localisation : Bibliothèque du manoir de Lhambadda
Messages : 561

Voir le profil de l'utilisateur http://lyre-ehel.forumofficiel.fr/memberlist http://www.dofus.com/fr/mmorpg/communaute/annuaires/pages-persos/534533400018-heliarosa

Revenir en haut Aller en bas

Re: En avant jeunesse, voyagez léger !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum