[RP Solo] Hélia Von Rosa, comtesse aimant les contes mais pas les comptes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP Solo] Hélia Von Rosa, comtesse aimant les contes mais pas les comptes.

Message par Helia le Dim 5 Fév 2017 - 20:28


C’est en l’an 626 que commence notre histoire. Dans le centre-ville de la grande cité Bonta retentissent d’effroyables cris de douleurs. Il est presque minuit. Novamaire se termine pour laisser sa place à Descendre, doucement, tout doucement. Les cris s’amplifient. Ils viennent de la maison de la noble famille Von Rosa. Un hurlement déchirant se fait entendre avant de laisser place aux pleurs d’un bébé : une petite fille. Hélia Von Rosa, née sous le signe de la meryde Ezimuos. Le Comte Von Rosa, un noble Iop, regarde fièrement sa progéniture :

-Un grand avenir s’offre à toi, murmure-t-il. Hélia, ma petite, sois bénie par le Dieu Iop. Qu’il t’apporte le courage et la bravoure.

Quelques années plus tard…


-Père ! Père ! S’écria une petite fille les cheveux décoiffés et couverte de petites blessures encore fraîches. Je l’ai eu ! je l’ai… BAM !
La fillette s’écrasa au sol et son père se hâta vers elle pour la relever. Il la regarda l’air sérieux :
-Qu’as-tu eu ? demanda-t-il.
Hélia se redressa, un sourire aux lèvres, et brandit une jolie plume rose de son sac du mini-aventurier.
-Le piou rose, père, je n’en n’ai fait qu’une bouchée ! dit-elle les yeux éclatants avant de s’observer l’air perplexe. Bon, il m’a un peu eu lui aussi, mais au final, j’ai gagné quand même !
Le comte eut alors un large sourire et embrassa sa petite fille, encore toute fière de son exploit.
-Cessez donc d’être heureux à ce point, s’éleva une voix féminine et glacée. Je vous prie de ne pas encourager notre fille à se comporter de la sorte.
Hildéa Von Rosa, comtesse de son état, n’appréciait guère de voir sa fille se comporter comme une sauvage. Elle regrettait que sa fille ressemblât plus à son père qu’à elle. Elle désirait voir sa fille se comporter comme une véritable petite fille, et non pas comme un garçon manqué. Elle s’agenouilla auprès de sa fille et la soigna, avant de s’adresser à elle :
-Vous devriez avoir honte de vous comporter de cette façon. Une petite fille ne chasse pas, elle étudie. Heureusement que vous êtes désormais en âge d’aller vous instruire.
-Mais, mère, vous n’aimez pas chasser ? Courir après les pious c’est vraiment comique ! Et puis, la plume est rose…elle est pour vous, dit-elle doucement avec un petit sourire.
Sa mère l’observa froidement, sans un sourire.
-Montez dans votre chambre, maintenant.
Hélia regarda son père, qui détourna la tête, et s’en alla sans un mot laissant la plume tomber sur le sol en marbre.

Plusieurs années après…


- Heliaaaaa ! Heliaaaa ! Attends-nous !
- Attends Hélia !
- Mais où vas-tu ?
Hélia Von Rosa, jeune Iop de douze ans, regarda derrière elle en souriant. Ses amis de classe la suivaient au loin. Elle manqua de peu une vieille Énutrof venue chez le bijoutier et continua son chemin à travers Bonta. Elle s’arrêta doucement près d’une grande charrette blanche, juste à côté de l’arène. Ses amis la rejoignirent.
- Bon, tu nous expliques un peu ? demanda Marcœur.
- Oui, nous aimerions savoir ! s’exclama Ellesa une jeune Eniripsa. Tu nous as fait cavaler à travers tout Bonta !
Hélia soupira et se retourna vers ses amis. Elle fronça doucement les sourcils et posa un doigt sur sa bouche avant de leur faire signe de monter sur la charrette. Ses amis s’exécutèrent.
- Ah ! Chuchota Hélia. Vous voyez comme ils se battent ? Regardez-les, et leurs épées !
- C’est barbare, constata Ellesa. Je pensais que tu n’avais pas le droit de venir près de l’arène.
- C’est le cas, dit Hélia gravement avant de reprendre sur un ton plus joyeux. Mais ma mère ne sait pas que je suis là. Elle pense que je suis aussi faible qu’un tofu, mais elle se trompe. Et je lui montrerai un jour, elle sera fière de moi pour autre chose qu’un morceau de Mauzzart joué au piano.


Le jour de ses 18 ans…


-Je refuse, trancha Hélia froidement.
Le calme se fit à table. La comtesse fronça les sourcils et pinça les lèvres. Le comte, son père fit comme si de rien n’était.
-Tu n’as pas le choix, ce sera lui et personne d’autre, s’exclama la comtesse. Tu n’es pas en mesure de savoir ce qui est bien pour toi ou pas, tu n’as que dix-huit ans.
-Je sais très bien de quoi j’ai besoin, mais je vous remercie de vous soucier enfin de moi.
-Hélia, je t’en prie, ne complique pas les choses, demanda doucement le comte.
-Père, vous ne pouvez pas être d’accord…pas vous…vous m’avez toujours dit…et nos entraînements, ils n’ont servi à rien à part à m’occuper ?
-Quels entraînements ? demanda sèchement la comtesse.
-Hélia, ça suffit maintenant ! s’exclama le comte.
-Des cours pour apprendre à manier l’épée ! cria-t-elle les larmes aux yeux.
-Pardon ? Demanda la comtesse en foudroyant le comte. Vous avez osé…l’encourager à se battre comme…un vulgaire Iop !
-Les Iops sont une noble classe, ma chère, dit durement le comte. N’oubliez pas que c’est grâce à un « vulgaire » Iop que vous avez un titre !


Hélia sursauta et tomba de son lit. Elle n’aimait guère repenser aux évènements de son adolescence. Elle alluma les bougies et s’installa prés de son bureau. Il faisait encore très froid. Elle marmonna un instant contre le Sadida bricoleur lui ayant refait ses fenêtres. Elle se plaisait à la bourgade. Sa maison lui plaisait. Mais quelque chose lui manquait, elle avait soif d'aventures.
 
C'est ainsi qu'un jour, lors d'une visite à Astrub, elle entra dans un curieux manoir. Tout était très beau, sublime et à l’effigie d'un drôle de personnage. Elle visita et arriva dans la bibliothèque, calme et silencieuse. Dans les lectures, elle fit la connaissance de la déesse du Tumulte Shariva, plus elle lisait plus elle était envoûtée par cette petite déesse au sourire charmeur. Le retour sur terre fut douloureux. Cependant, en redescendant à l'accueil, elle trouva des parchemins de postulation pour un certain Clan de Lyre Ehel.
 
Elle fut reçue et décida de revenir vivre sur le continent, achetant une maison à Brâkmar. Son père était d'une générosité sans borne : chaque fois il lui envoyait de quoi se nourrir, se vêtir et s'amuser. La jeune Comtesse était loin d'être sans le sou. Elle fit ses preuves au sein du clan : elle était bonne conteuse, sociable et avenante. Elle passait parfois pour une Iopette folle du rose, du thé aux pétales de rose démoniaque ou une fille loin d'être seule dans sa tête, un peu imbue d'elle-même, intimement convaincue de sa beauté mais malgré ses défauts Hélia Von Rosa arrivait toujours à conquérir les coeurs...Et pas seulement ceux de ses nombreux prétendants !

_________________

avatar
Helia
Vice-Vétéran du Tumulte

Divinité : Iop
Cercle de puissance : 200
Localisation : Bibliothèque du manoir de Lhambadda
Messages : 457

Voir le profil de l'utilisateur http://lyre-ehel.forumofficiel.fr/memberlist http://www.dofus.com/fr/mmorpg/communaute/annuaires/pages-persos/534533400018-heliarosa

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum